Pourquoi s'aider soi-même avant d'aider les autres?

Pourquoi s’aider soi-même avant d’aider les autres?

Parfois, lorsqu’on se sent stressé ou qu’on s’essouffle à force de courir partout parce qu’on prend soin de tout le monde, la chose la plus saine à faire est de tout arrêter à ce moment précis et de voir comment on peut prendre soin de soi.

Bien que cela semble évident pour certaines personnes, la plupart d’entre nous luttent avec l’idée de se mettre en premier, d’être LA priorité. Pourquoi, dites-moi, se met-on toujours en dernier?

On a été élevé à croire que nous devrions toujours faire passer les autres avant soi. Par cette façon, on a appris à ignorer nos propres besoins comme si on était égoïste ou arrogant.

Pourquoi prendre soin de soi n’est pas vu comme une pratique essentielle, alors qu’elle est vitale à notre mieux-être ?

Je vais jeter un coup d’oeil ici sur certaines croyances qui nous limitent et nous retiennent de prendre soin de la personne la plus importante de notre vie.

Je vais vous aider à explorer pourquoi prendre soin de soi est la meilleure chose qui puisse arriver pour votre entourage.

Pour avoir déjà lutté avec ceci dans le passé, je vais aussi vous partager une liste de mes engagements personnels afin de prendre soin de moi. J’espère sincèrement qu’ils pourront vous aider à prendre soin de vous.

1. On pense que prendre soin de soi est égoïste

Prendre soin de soi est même le contraire d’être égoïste. Pourquoi ?

Parce que cela nous renforce et nous permet de mieux soutenir nos proches. Nous ne sommes utiles à personne si on n’a plus de carburant et qu’on roule sur la vapeur parce qu’on a tout donné.

Prendre soin de soi est un antidote au stress et je vous assure que cela nous aide à cultiver la résilience qu’il faut afin de mieux faire face aux défis de la vie.

Ce n’est pas pour rien que lorsque vous prenez l’avion, on vous dit de mettre votre propre masque à oxygène avant même d’aider les autres.

OUI, il faut absolument soutenir les autres, mais pas à son détriment.

2. On confond « sauver » avec avoir de la compassion

On se sacrifie souvent parce qu’on est trop occupé à sauver tout le monde. Mais les gens doivent apprendre leurs propres leçons de vie, si pénibles soient-elles.

Qui sommes-nous pour décider de ce qui est le mieux pour eux ?

Voilà ce qui est égoïste, puisque ceci est uniquement basé sur nos propres désirs ou besoins de reconnaissance, ce qui n’est pas nécessairement dans leur intérêt.

La meilleure façon d’aider est de se concentrer sur soi et d’arrêter d’essayer de gérer la vie des autres. Plein de bonnes intentions, on pense démontrer à ces personnes qu’on tient à elles en leur épargnant des expériences de vie désagréables.

En fait, on leur retire ainsi la possibilité de développer le courage et la force de faire face à leurs propres défis et plus de les priver du pouvoir de développer leur créativité à trouver leurs propres solutions.

On leur refuse donc l’apprentissage qu’ils pourraient retirer de l’expérience en plus de la possibilité d’augmenter leur propre estime personnelle.

De faire face à cette vérité fut difficile pour moi parce que j’ai longtemps cru que j’étais serviable, généreuse et attentionnée.

J’ai dû apprendre à lâcher prise et j’ai réalisé qu’en essayant de sauver une personne, je lui envoyais le message qu’elle en était incapable et je retardais son processus de changement.

Que ce soit pour des amis ou de la famille, on doit les laisser apprendre à se tenir debout par eux-mêmes.

Je ne veux pas dire que nous ne devrions jamais aider les gens. Mais, il y a une différence entre donner son soutien à quelqu’un qui demande de l’aide et prendre la responsabilité de sauver quelqu’un en essayant de gérer sa vie à notre façon.

3. On est habitué à des relations basées sur les besoins et non sur l’amour véritable

Nous sommes souvent en amour avec l’idée d’être en amour.

On a juste à penser aux films qui dépeignent l’amour comme étant dramatique et fusionnel, comme si on devait avoir besoin d’être avec la personne 24 heures sur 24.

Lorsqu’on donne de cette façon, on donne trop parce qu’on croit qu’on devrait presque se laisser mourir (on peut aussi mourir émotionnellement et spirituellement) pour cette personne.

La chose la plus douloureuse est de vous perdre dans le processus de trop aimer l’autre et d’oublier que vous êtes spécial vous aussi.

Au lieu de passer tout son temps à penser aux autres et à s’oublier, on est tellement mieux servi si on se concentre sur soi. De cette façon, nous sommes en mesure d’avoir tellement plus d’énergie et de donner avec plénitude, sans attente de retour ou sans éprouver du ressentiment.

J’ai longtemps confondu l’amour avec la dépendance. En réalité, on ne peut aimer que selon notre capacité d’autonomie. Si on prend soin de soi, on est plus autonome et on a moins besoin d’attirer l’attention, la reconnaissance ou l’affection.

C’est là qu’on peut vraiment connecter avec un autre être humain.

4. On ne réalise pas que c’est nous qui enseignons aux gens comment nous traiter

Nous enseignons aux gens comment nous traiter par nos propres actions et l’attitude qu’on a envers nous-mêmes.

Lorsqu’on se promène avec un t-shirt de sauveteur qui annonce qu’on va se sacrifier pour aider les autres, on attire exactement les personnes qui veulent être sauvées, ou que tout tourne autour d’eux. Ce n’est donc pas la base pour une relation équilibrée.

C’est comme de faire une auto-prémonition. Effectivement, on amène ces personnes dans notre vie et on se plaint par la suite d’attirer toujours des personnes qui profitent de notre bonne nature.

Soyons honnêtes ici !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire