Quand trop de tolérance engendre la souffrance

QUAND TROP DE TOLÉRANCE ENGENDRE LA SOUFFRANCE

Dans notre grand désir d’être de bonnes personnes compréhensives, aimantes, altruistes et tolérantes, il arrive parfois que nous nous perdions de vue. Nous risquons alors de tolérer trop longtemps une situation destructrice, par amour, croyons-nous, pour l’autre, ou par besoin de grandir à travers cette situation ou cette épreuve, comme notre ego se plaît à l’appeler.

Nous tentons de comprendre, d’excuser l’autre, de voir sa souffrance au-delà de celle que la situation nous inflige. Dans notre désir d’être bons pour l’autre, de ne pas le laisser tomber, de le supporter dans ses difficultés, nous oublions d’être bons pour nous- mêmes, nous nous laissons tomber, nous ne nous offrons aucun support. À force d’être trop tournés vers le bien-être des autres, donc à l’extérieur de nous, nous négligeons de nous préoccuper de notre propre bien-être et de revenir à l’intérieur de nous, là où tout prend forme, là où l’amour pour soi doit régner avant de s’oublier pour qui que ce soit.

Dans ces circonstances, notre trop grande tolérance engendre une souffrance incommensurable, une souffrance dont nous nous sentons parfois coupables parce que nous sommes trop empathiques à celle de l’autre. Rien de bon ne peut émerger du fait de se renier autant, au point de ne plus ressentir notre propre douleur. Notre corps, notre âme nous parlent sans arrêt, mais lorsque nous sommes constamment tournés vers l’extérieur, nous n’entendons plus les messages intérieurs que nous envoient nos principaux alliés.

Tant de gens demeurent ensemble malgré une souffrance devenue leur quotidien. Tant de personnes endurent une situation intolérable en croyant faussement que c’est ça la vie. Tant d’êtres humains croient que leur situation est sans issue, que leur souffrance est inévitable, que c’est peut-être ça la vie au fond.

Non ce n’est pas ça la Vie au fond. La Vie ne nous demande pas de souffrir pour prouver que nous sommes une bonne personne. Elle nous demande d’aimer. Mais aimer, cela ne veut pas dire tout tolérer, cela ne signifie pas souffrir, cela ne nous demande pas de nous renier sans cesse.

Il n’y a jamais de situation sans issue. Toute souffrance ne nous demande qu’une chose : de revenir vers soi pour trouver ce dont nous avons à nous libérer, de nos fausses croyances, de nos blessures, de notre manque d’amour envers nous-mêmes.

Nous pouvons aimer mais ne plus tolérer ce qui nous est devenu intolérable. Cela, c’est s’aimer véritablement. Nous pouvons continuer d’avoir de la compassion pour l’autre, mais avoir encore plus de respect envers nous-mêmes pour nous extirper de situations qui nous font du mal, qui nous détruisent, qui ne sont pas saines pour nous. Nous pouvons nous aimer et aimer suffisamment l’autre pour nous tenir debout et nous dire que cela suffit maintenant.

En tout temps, quelques soient les circonstances et malgré toutes nos fausses croyances, en tout temps nous pouvons NOUS choisir. Choisir notre bonheur, notre paix intérieure, notre harmonie, notre santé. En tout temps, nous pouvons choisir de nous aimer. Dès lors, nous ne voulons plus de ce qui nous fait souffrir et nous nous en éloignons, pour de bon.

Et vous, vous aimerez-vous assez pour vous respecter et pour cesser de tolérer l’intolérable qui vous fait souffrir?

Diiane Gagnon

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire