Par Amour, il peut nous arriver de surprotéger nos enfants

Par Amour, il peut nous arriver de surprotéger nos enfants, voir de les "étouffer". 

Ce n'est pas forcément évident à discerner tellement nos intentions sont bienveillantes.

J'ai été une maman contrôlante et dépendante.

J'aime à penser que ces comportements sont des conséquences.

Mais alors quelles sont les sources de ces attitudes ?

Notre propre insécurité j'ai envie de dire. Notre propre peur intérieure. Celle que nous reflétons ce faisant sur nos enfants. Celle que nous avons reçu de nos parents.

Bien souvent et inconsciemment, nous nous "nourrissons" de nos enfants pour palier à notre manque affectif et à notre insécurité.

Nous faisons beaucoup pour leurs éviter le moindre "accident". Nous cherchons le plus souvent possible à être près d'eux. 
Nous anticipons leurs désirs. Nous faisons en sorte d'éviter qu'ils se blessent quitte à les priver de tous leurs élans d'explorateurs. Pour notre propre sécurité, nous leurs confisquons leurs découvertes, leurs expériences. Nous surveillons chacun de leurs gestes. Nous sommes le plus souvent présents pour les sécuriser. Nous leurs interdisons.

Mais attention ! C'est pourtant bien au travers de leurs découvertes et frustrations que nos enfants construisent leur confiance et amour propre.

Si nous n'avions pas nos propres peurs, nous laisserions nos enfants profiter de leurs explorations. Sous notre oeil avisé.

Nous sommes biensur emplis d'amour et de bienveillance pour eux mais gardons bien à l'esprit qu'en les surprotégeant, et en les privant de leur autonomie naissante, nous les rendons dépendants et insécures. Ils se sentiront alors pas capables. Ils en déduiront que nous n'avons pas confiance en eux. Ils pourront même aller jusqu'à percevoir de la dévalorisation.

Inconsciemment, nous leurs transmettons nos propres blessures, nos propres peurs, notre propre insécurité.

Ce faisant, insécures, ils grandiront anxieux, angoissés et adultes, ils deviendront alors à leur tour dépendants et contrôlants.

Ainsi de suite, les blessures se transmettent de génération en génération.

Il est important de réaliser aussi qu'en continuant d'agir ainsi, nous entretenons nos propres blessures, notre propre dépendance affective et notre propre insécurité. 
Ce qui n'aura alors de cesse que d'alimenter nos peurs, notre colère, notre agressivité, et notre culpabilité.

Ce faisant, de façon générale, dès lors que les choses ne se dérouleront pas comme nous le souhaitons, dès lors que nos enfants dérogeront à nos règles, notre insécurité s'activera laissant gronder colère et agressivité.

Nous ne le disons pas assez mais autant un enfant sera insécure et dépendant s'il n'a pas reçu assez d'amour et de sécurité qu'un Autre le sera tout autant s'il en a eu trop.

Le plus dur pour nous parents est de trouver le juste milieu. 
Faisons juste de notre mieux, ça sera déjà très bien.

Guérir ses blessures, son insécurité :
http://les-blessures-emotionnelles-de-l-enfance.webnode.fr

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×