Ce qu'en pense le Dalaï-Lama : L'esprit en éveil

Je partage avec vous quelques extraits des propos de ce grand homme qu'est le Dalaï-Lama

.

  

Le but de la vie n'est, il en est convaincu, n'est autre que le bonheur. Dès sa naissance, chaque être humain cherche à être heureux et à éviter la souffrance. Et ni le conditionnement, ni l'éducation, ni l'idéologie n'y peuvent rien changer. Du plus profond de notre être, nous aspirons tout simplement au contentement.

 

 J'ai découvert par ma propre expérience limité, que le plus haut degré de sérénité intérieure naît du déploiement de l'amour et de la compassion. Plus que nous nous soucions du bonheur des êtres, plus notre sentiment de bien-être grandit.

 

La raison qui fait de l'amour et de la compassion la plus grande source de bonheur est simplement due au fait que, par notre nature même, nous les chérissons plus que tout. Le besoin d'amour est le fondement même de la nature humaine. Il découle de l'interdépendance qui nous lie les uns aux autres. Si doué et si habile que soit un individu donné, il ne peut survivre seul.

 

La compassion: D'après mon expérience personnelle, stabilité mentale et bien-être physique sont étroitement liés. Ils est incontestable que la colère et l'agitation nous rendent plus vulnérables à la maladie. Mais bien entendu, il est également exact que nous avons tous en nous un égocentrisme inné qui inhibe notre amour envers les autres. De toute évidence il ne suffit pas  de dire: comme c'est beau la compassion! Nous devons faire des efforts concertés pour la développer, en mettant à profit tous les événements de notre vie quotidienne afin de transformer nos pensées et notre comportement.

 

Premiers pas ves la compassion: il faut en premier lieu éliminer les principaux obstacles à la compassion que sont la colère et la haine. Comme nous le savons tous, ce sont des émotions extrêmement  puissantes, capables de submerger totalement notre esprit.

 

Je dois insiter une fois de plus sur le fait qu'il ne suffit pas de tenir la compassion et la raison en haute estime pour pouvoir les mettre en oeuvre. Il faut attendent que surgissent les difficultés pour nous efforcer de les mettre en pratique. Et qui nous offre de telles occasions? Pas nos amis, bien sûr, mais nos ennemis! Ce sont eux qui nous créent le plus de problèmes. Donc si nous sommes vraiement désireux d'apprendre, nous devrions considérer nos ennemis comme étant nos meilleurs maîtres.

 

Nous devrions être reconnaissant envers nos ennemis, car nous leur sommes redevable de nos progrès sur la voie de la sérénité de l'esprit!

 

 

La colère et la haine sont donc toujours nocives et à moins d'entrainer notre esprit à en mater la force négative, elles continueront à nous perturber et à entraver nos efforts sur le chemin de la sérénité de l'esprit. Colère et haine sont nos véritables ennemis. Ce sont ces forces-là qu'il nous faut avant tout affronter et vaincre, et non les ennemis éphémères qui surgissent par intermitence tout au long de notre vie.

 

La compassion et le monde: en conclusion le bonheur individuel peut contribuer d'une manière profonde et efficace à l'amélioration générale de toute notre communauté humaine. Je suis persuadé qu'à tous les niveaux de la société-- que ce soit familial, tribal, national ou international--c'est le rayonnement de la compassion qui est la clé d'un monde plus heureux et plus prospère. Nous n'avons nul besoin d'adhérer à une religion, d'accorder foi a une idéologie. Le seul impératif pour chacun d'entre nous est de développer ce qu'il y a de meilleur et de plus humain. J'essaie de traiter comme vieux amis tous ceux que je rencontre quels qu'ils soient. Voilà en quoi consiste la pratique de la compassion (Dalai-Lama)

9 votes. Moyenne 2.44 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×